12 conseils pour les recrues d’aviron

«Êtes-vous prêts ?», dirait un barreur à son équipage avant de lancer son équipage vers la 58e activité du Palmarès 150 de ParticipACTION. Et si vous êtes nouveaux en aviron, pas de problème puisque nous sommes tous dans le même bateau. Voici quelques conseils de Rowing Canada Aviron.

  • Les bateaux d’aviron ne sont ni des canots ni des kayaks. Bien plus simple : ce sont des huits, des quatres, des doubles et des skiffs. Ils sont maintenant presque tous fabriqués en fibre de carbone.
  • Quand on rame avec deux rames, on fait de l’aviron de couple. On peut ramer en quatre de couple, en deux de couple ou en skiff.
  • Quand on manipule une seule rame, on fait de l’aviron de pointe. Cette forme d’aviron se fait en huit, en quatre et en deux de pointe.
  • Un huit mesure environ 60 pieds ou 18 mètres; l’équivalent de 20 verges au football ou de la distance du monticule au marbre au baseball. Le bateau peut transporter huit personnes de 100 kg et un barreur de 55 kg pour un total de 855 kg. Pourtant il ne pèse de 100 kg.
  • Un skiff (le bateau solo) ne mesure que 25 centimètres dans sa partie la plus large (moins large que vos fesses assises!); pèse 12 kg et mesure 8-9 mètres.
  • Le coup d’aviron est divisé en quatre phases : l’attaque, la passée dans l’eau, la fin du coup et le retour. À l’attaque, le rameur laisse entrer sa pelle de rame à l’eau et commence à pousser avec ses jambes.
  • Les adeptes d’aviron utilisent tous les groupes musculaires pour propulser leur embarcation. Si la force du haut du corps a son importance, ce sont surtout les jambes qui font avancer le bateau.
  • Des experts en performance humaine prétendent qu’une course de 2 000 mètres équivaut à jouer deux matchs de basketball consécutifs. Pas pour rien qu’on dit que les rameurs ont un gros cœur, de gros poumons… Et une tête de cochon !
  • Les rameurs sont identifiés par leur numéro. L’athlète à la proue, celui qui passera la ligne d’arrivée en premier, est le numéro un. Le rameur de poupe est nommé le chef-de-nage. Sa technique et son rythme doivent être parfaits puisque tous les autres suivent sa cadence.
  • Dans les faits, un huit compte neuf personnes à bord quand on compte le barreur. Ce dernier est un entraîneur et un informateur à bord; il est les yeux de ses athlètes. Sa stratégie de course et sa façon d’encourager son équipage sont d’une importance capitale.
  • Aux Jeux olympiques de Rio, en 2016, le Canada a remporté la médaille d’argent en deux de couple féminin poids léger. Aux Jeux paralympiques de la même année, le Canada a remporté sa première médaille paralympique en quatre de pointe barré LTAMix4+.
  • Sur les podiums, vous avez vu les athlètes porter des uniformes moulants, mais ne vous en faites pas : pour commencer, vos bons vieux vêtements de sport feront l’affaire. L’aviron étant un sport de plein-air, on prend l’habitude de s’habiller en pelures d’oignon tout en évitant les vêtements trop amples.

Il y a plus de 140 clubs d’aviron au Canada, dont douze au Québec. La grande majorité d’entre eux offre des programmes variés pour tous les calibres et tous les âges. http://rowingcanada.org/fr/resources/join-club Trouvez le club le plus près de chez vous et demandez quel programme est le bon pour vous. Regardez pour des « Portes ouvertes » ou pour un programme « Apprendre-à-ramer ». Rapidement, vous pourrez affirmer : « C’est l’aviron qui nous mène, qui nous mène. ».