Littératie physique : beaucoup plus qu’un concept à la mode

L’auteure de cet article, Stacey Alpous (maîtrise en sciences de l’activité, PEC-SCPE), est coordonnatrice des recherches du HALO à la Children’s Hospital of Eastern Ontario.

Il y a une dizaine d’années, le terme « littératie physique » (ou savoir-faire physique) était assez peu connu et encore moins utilisé. En effet, en parlant d’un mode de vie actif, c’est plutôt les mots exercicecondition physique ou activité physique que l’on utilisait. Aujourd’hui, le constat est tout autre : la littératie physique est désormais sur toutes les lèvres, s’étant répandue comme une traînée de poudre chez les professionnels du loisir, les entraîneurs, les enseignants et les chercheurs du domaine de l’activité physique. Adieu l’époque où la condition physique était l’unique indicateur de l’activité physique d’un enfant! Depuis quelques années, on met surtout l’accent sur le soutien et le développement de la capacité de l’enfant à être actif ou, autrement dit, sur le soutien et le développement de sa littératie physique.

Bien que la littératie physique soit maintenant connue des acteurs du milieu, elle demeure pour beaucoup un concept étranger. Pas étonnant : le terme n’a toujours pas de définition officielle. Pour répondre à ce besoin, le Canada a publié en juin sa Déclaration de consensus canadien sur le savoir-faire physique, un document assorti de la définition suivante : « Le savoir-faire physique se définit par la motivation, la confiance, la compétence physique, le savoir et la compréhension qu’une personne possède et qui lui permettent de valoriser et de se responsabiliser vis-à-vis son engagement envers l’activité physique durant toute sa vie » (traduit de l’International Physical Literacy Association, mai 2014). Tout comme la littératie traditionnelle, qui désigne l’ensemble des connaissances en lecture et en écriture permettant à une personne d’être fonctionnelle en société, la littératie physique ou le savoir-faire physique désignent les connaissances et aptitudes permettant à un enfant d’être actif dans une foule d’environnements.

En fin de compte, la littératie physique est importante parce qu’elle jette les bases d’une vie active et saine pour les enfants. Un enfant qui sait lancer une balle pourra par exemple jouer au baseball, et celui qui sait botter un ballon pourra plus tard s’adonner au soccer. Toutefois, contrairement à la littératie traditionnelle, la littératie physique n’est pas un état qu’on peut atteindre en tant que tel. Même si l’on peut développer sa littératie physique, on ne devient pas « érudit de l’activité physique ». En fait, la littératie physique devrait plutôt être vue comme un cheminement que chaque enfant entreprend à son propre rythme et quand bon lui semble.

Pour soutenir cette progression sur la voie de la littératie physique, le Groupe de recherche sur les saines habitudes de vie et l’obésité (HALO) a développé l’Évaluation canadienne du savoir-faire physique (ÉCSFP). L’ÉCSFP est le tout premier et le seul protocole complet pour évaluer de façon précise et fiable les quatre aspects fondamentaux de la littératie physique des enfants entre 8 et 12 ans, soit la compétence physique, la motivation et la confiance, les connaissances et la compréhension, ainsi que le comportement quotidien. Dans les faits, cela veut dire que l’évaluation d’un même enfant par différentes personnes devrait aboutir aux mêmes résultats à tout coup.

Un autre point qui distingue l’ÉCSFP, c’est la possibilité, pour les parents ou soignants d’un enfant ayant complété son évaluation, de se connecter au portail d’ÉCSFP pour découvrir à quel stade de la littératie physique il se situe selon ses résultats : « au point de départ », « en progression », « réussite » ou « excellence ». Ces interprétations guident les adultes dans le développement supplémentaire des aptitudes des enfants afin qu’ils continuent à progresser vis-à-vis le concept de littératie physique et qu’ils soient encore mieux outillés pour mener une vie physiquement active.

Bien qu’on utilise encore les termes exercice et condition physique dans le monde de l’activité physique, l’arrivée de la littératie physique est particulièrement bien accueillie parce qu’elle s’affaire justement à jeter les bases de l’activité physique et d’une bonne forme physique. De la même façon, le fait d’avoir les connaissances nécessaires pour jeter ces mêmes bases via la littératie physique permettra d’encourager les générations futures et les enfants à lever les voiles à leur tour et à entamer leur propre périple vers la littératie physique.

Source : Longmuir, P.E., Boyer, C., Lloyd, M., Yang, Y., Boiarshaia, E., Zhu, W., Tremblay, M.S. (2015). The Canadian Assessment of Physical Literacy: methods for children in grades 4 to 6 (8 to 12 years). BMC Public Health. 15(1), 767.