Comment apprendre à aimer la course

Je suis trop fatiguée. Je ne me sens pas assez rapide. J’ai trop de choses à faire.

Vous savez ce que je trouve le plus difficile avec l’exercice? L’heure qui précède. Avec un travail à temps plein et un jeune enfant, les jours où je dois me préparer mentalement pour arriver à surmonter les excuses sont nombreux. Je dois écrire des courriels, faire la lessive et toutes sortes de trucs qui peuvent, techniquement, attendre un peu.

Le meilleur moyen que je connais pour surmonter la paresse est de trouver un exercice que vous aimez vraiment. Pour moi, c’est la course. J’ai commencé la course à l’école primaire principalement parce que je voulais être sportive, mais que je n’étais pas très bonne dans les sports d’équipe. J’ai réussi à faire partie de l’équipe d’athlétisme pour la course du 800 mètres. Je me souviens du jour où ma mère m’a emmenée acheter ma première paire d’espadrilles — pas celles pour jouer dehors et m’amuser, ou juste des baskets conventionnels, mais bien de vrais souliers de course : des Reebok gris, taille six.

Un peu comme Forrest Gump, j’ai juste commencé à courir. Après cette expérience avec l’équipe d’athlétisme, j’ai passé des années sans participer à une compétition de course, mais j’ai continué à m’entraîner en courant dans le quartier ou près d’un lac. J’ai vécu quelque temps en Europe où la course sur la route n’était pas populaire (autrefois, en tout cas), et les gens me disaient que c’était une « activité nord-américaine ridicule ». Depuis environ cinq ans, j’ai commencé à participer à des courses, mais mon seul objectif en termes de compétition est de dépasser mon meilleur résultat à chaque fois.

Pour moi, la course, c’est l’exercice ultime. Ça me permet d’être athlétique sans le côté gênant des sports d’équipe. Ses bienfaits sur la santé physique sont bien documentés : développement musculaire, plus forte densité osseuse, meilleure capacité pulmonaire, un cœur plus robuste et une meilleure santé cardiovasculaire, diminution de la pression artérielle et dépense de calories, pour ne nommer que ceux-ci. Mais attendez, il y a encore plus : la course contribue aussi au soulagement du stress, à un meilleur sommeil et à de faibles taux de dépression. Vous gagnerez aussi assurément en confiance lorsque vous établirez de nouveaux temps ou franchirez de bonnes distances.

Mieux encore, c’est gratuit! Il suffit d’une paire d’espadrilles et vous pouvez vous y mettre sans devoir payer des frais d’abonnement deux fois par semaine pour le gym.

POUR RESTER SUR LA BONNE VOIE ET SURMONTER LES EXCUSES, ESSAYEZ CES TRUCS POUR VOUS MOTIVER :

Utilisez une application de course munie d’un GPS. J’utilise Nike+ et je l’adore — elle fait le suivi de mes courses (trajet, distance, rythme, temps et calories dépensées) et m’informe en temps réel lorsque je franchis certaines étapes sur mon parcours. Vous pouvez vous en servir pour vous connecter avec d’autres amis qui possèdent cette app, et si vous la synchronisez avec Facebook et que vous faites un statut avant votre course, vos amis peuvent alors cliquer sur le bouton « j’aime » pour vous envoyer des applaudissements et vous encourager directement dans vos oreilles pendant votre course.

Écoutez une bonne liste de lecture en courant — le temps passe bien plus vite. « Eye of the Tiger » et « Chariots of Fire » ne sont pas obligatoires, mais elles font l’affaire. Choisissez une chanson « énergique » qui vous activera lorsque vous serez en perte d’énergie (« Sandstorm » est un bon exemple).

Courez tôt le matin. Ça vous énergisera! Je trouve que ça m’aide aussi à choisir des repas et collations santé pour le reste de la journée, parce que je ne veux pas gâcher le bon travail accompli lors de mon exercice matinal en mangeant de la malbouffe.

Tenez un journal personnel de vos courses, et assurez-vous de le mettre régulièrement à jour. Ça vous rendra responsable. Voulez-vous vraiment inscrire un zéro ou un X pour une journée où vous prévoyiez courir?

Prévoyez une récompense. Ditez-vous que vous allez réserver un massage ou acheter de nouveaux souliers ou leggings lorsque vous aurez atteint un objectif.

Vous savez quelle est la partie la plus facile de l’exercice? L’heure qui suit.

Vous vous sentirez exaltés, fiers de vous-même et prêts à tout accomplir.