La différence entre risque et danger

Rachel Shantz, directrice marketing de ParticipACTION, nous partage aujourd’hui une tranche de vie personnelle… comme quoi une part de risque favorise l’apprentissage et le développement des enfants!

L’été, avec ma famille, on prépare nos sacs, on éteint nos téléphones et on va passer quelques jours dans un chalet en campagne reculée où il n’y a pas d’électricité, ce qui signifie pas d’ordinateurs, de jeux vidéo ou d’autres distractions électroniques.

Lorsqu’on est en nature, on laisse les enfants passer un maximum de temps à s’amuser librement dehors et à s’adonner à des jeux que bien des parents qualifierait de « risqué » ou de « dangereux ».

En fait, mon mari et moi avons fait quelques « améliorations » un peu partout sur le terrain qui rehausse à la fois le niveau de risque et le niveau de plaisir pour nos enfants. Je m’explique.

Premièrement, à 3 mètres du sol, nous avons installé entre deux gros pins une tyrolienne d’environ 30 mètres de distance. Les enfants ont appris à grimper jusqu’à la plateforme de départ fixée à un arbre et à ressentir l’excitation de se laisser descendre tout en utiliser leur propre force pour se tenir jusqu’à l’arrivée, où ils doivent se donner une poussée avec leurs jambes pour repartir en sens inverse.

Deuxièmement, nous avons installé une sangle de 12 mètres (une bande élastique plate tendue entre deux arbres et sur laquelle on se tient en équilibre) à quelques mètres du sol où il faut exercer son sens de l’équilibre pour demeurer sur la sangle.

Troisièmement, on a construit une glissade d’eau d’environ 10 mètres en bois et en métal, irriguée grâce à un panneau solaire, où nos enfants peuvent glisser et atterrir dans l’eau fraîche du lac. Génial, non!

Voilà donc ce que nous avons créé pour nos trois filles : des activités excitantes pour parfaire la confiance en leurs habiletés et avec juste ce qu’il faut de risque. Croyez-moi, elles n’ont pas peur de se salir et d’y aller à fond!

Le tout récent Bulletin de l’activité physique chez les jeunes de ParticipACTIONsouligne avec justesse les avantages liés aux risques du jeu en plein air tout en précisant la différence entre le risque et le danger. Pour ma part, je suis convaincue que si mes enfants s’adonnent à des activités extérieures qui les amènent à tester leurs limites et à se dépasser, ils en sortiront gagnants. C’est ce goût du risque qui va de pair avec l’excitation et le plaisir de grimper un peu plus haut ou de courir un peu plus vite… et c’est ce qui les pousse à s’activer pendant des heures.

Aux parents inquiets de ces jeux trop risqués, je dirai qu’un seul accident est arrivé, lorsqu’une des filles a décidé de sauter de la plateforme et de tenter d’attraper la poignée de la tyrolienne. Elle est tombée sur le sol, ce qui lui a valu une bonne foulure au poignet. Cependant, elle appris une bonne leçon de vie : l’importance de calculer le risque et d’assumer les conséquences de ses choix.

Il peut être difficile de laisser les enfants jouer librement et dépasser leurs limites, mais je pense que ça va aider mes filles à devenir des jeunes femmes fortes, confiantes, résilientes et en santé. Et ça, ça vaut bien quelques égratignures!