Jeu risqué : comment encourager vos enfants à dépasser leurs limites

Malgré l’approche de la rentrée scolaire, la fin de la saison estivale est encore pleine de promesses pour les enfants! Passer des journées complètes à jouer dehors, voilà une façon active de profiter de ce qui reste de l’été! Dans la foulée de la parution du Bulletin de l’activité physique chez les jeunes de ParticipACTION, notre collègue Katherine apporte quelques précisions pour mieux se situer vis-à-vis la notion de jeu risqué en tant que parent.

Comme nous l’avons appris dans le Bulletin de ParticipACTION et dans l’Énoncé de position sur le jeu actif à l’extérieur, jouer dehors, avec tout ce que cela comporte de risques, est essentiel dans le développement sain d’un enfant. On dirait que l’attitude de notre société envers les parents surprotecteurs est en train de changer. Mais entre croire en la valeur du jeu risqué et laisser réellement ses enfants prendre des risques, il y a un pas qui reste à faire!

En théorie, on peut tous comprendre pourquoi la surprotection peut nuire aux enfants à long-terme, on peut tous comprendre que surveiller les enfants de trop près peut éventuellement mener à les contraindre au comportement sédentaire. Reste que c’est difficile de se retenir de crier « Fais attention! » quand, par exemple, les enfants partent à la course sans observer ce qui se trouve alentour d’eux.

Laisser nos enfants prendre des risques tout en respectant leur niveau de confiance et leurs habiletés, ce n’est pas tout; en tant que parents, nous devons nous poser des questions sur le juste équilibre latitude/surveillance qu’il faut garder avec nos enfants. Le jeu risqué, ça ne signifie pas de laisser les enfants sans surveillance à la piscine ou de les laisser faire du vélo sans casque.

Voici comment la recherche définit les différentes catégories de jeu risqué. Une fois que vous commencez à distinguer les différents types de risque, vous serez sans doute surpris de permettre, et même d’encourager votre enfant à explorer ses limites :

  1. Hauteurs : Escalader ou sauter du haut de certaines surfaces, se tenir en équilibre ou jouer sur des endroits haut perchés, que ce soit une branche d’arbre ou un accessoire, se suspendre ou se balancer.
  2. Vitesse : Pédaler, glisser, rouler ou courir à une grande vitesse.
  3. Outils dangereux : Sculpter, scier, attacher ou couper en se servant d’un couteau, d’une hache, d’une branche aiguisée, d’une corde, d’un marteau ou de clous.
  4. Éléments dangereux : Jouer près de rochers, d’un feu de camp, d’un étang, d’un lac ou d’une falaise.
  5. Jeux de contact : Lutte, se chamailler ou se battre avec un objet avec d’autres enfants ou des parents.
  6. Disparaître/se perdre : Explorer un endroit seul, jouer seul dans un environnement inconnu, laisser les enfants errer, se cacher du groupe ou jouer sans surveillance.

Si la seule lecture de cette liste vous donne des sueurs froides, rassurez-vous, vous n’êtes pas seul! Nous voulons tous offrir à nos enfants un environnement où ils mèneront une vie heureuse et en santé, et personne ne veut que ses enfants se fassent mal. Mais si nous laissons nos enfants explorer cette zone de risque, à petites doses et de façon appropriée pour leur âge, c’est d’autant plus sécuritaire et favorable à leur développement.