Il est temps de sonner l’alarme (du réveille-matin) quant à l’inactivité des enfants

Si vous pensez que les enfants peuvent faire un peu d'activité physique, puis jouer à des jeux vidéos jusqu’au petit matin et rester en bonne santé - préparez-vous à un réveil brutal. De nouvelles recherches révèlent une importante relation entre l’activité physique, le comportement sédentaire et le sommeil. Un mode de vie sédentaire pourrait engendrer chez nos jeunes une épidémie insidieuse de manque de sommeil.

C’est pourquoi, pour la première fois, le Bulletin de ParticipACTION attribue une note au sommeil et inclut les nouvelles Directives canadiennes en matière de mouvement sur 24 heures chez les enfants et les jeunes. Ces dernières sont les premières de ce type dans le monde et elles brossent un tableau de ce que représente une période de 24 heures saine pour les 5 à 17 ans.

Mark Tremblay, Ph. D., conseiller scientifique en chef du Bulletin de ParticipACTION et directeur de l’Institut de recherche sur les saines habitudes de vie et l’obésité du Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario (HALO-CHEO) souligne que c’est un cercle vicieux.

Beaucoup d’enfants sont trop fatigués pour faire suffisamment d'activité physique pendant le jour et ne sont pas assez actifs pour être fatigués le soir.

Pour une santé optimale, les enfants ont besoin de suer, de bouger, de dormir et de s’asseoir suffisamment chaque jour. Seulement 9 % des enfants font assez d’activité physique vigoureuse et seulement 24 % respectent les Directives qui recommandent un maximum de deux heures de temps d’écran par jour. De plus, au cours des dernières décennies, la durée de la nuit de sommeil des enfants a diminué de 30 à 60 minutes; 31 % des enfants d'âge scolaire et 26 % des adolescents au Canada manquent de sommeil.

Bonne nouvelle ! L’activité physique pratiquée régulièrement constitue un excellent remède pour le sommeil. Selon le Bulletin de ParticipACTION, les élèves de 5e année qui présentent les plus hauts niveaux d’activité physique sont moins susceptibles d’être fatigués durant la journée alors que ceux du secondaire qui font au moins 60 minutes d’activité physique chaque jour sont 41 % plus susceptibles d’obtenir suffisamment de sommeil que les moins actifs.

Il est temps de se réveiller.

Les nouvelles Directives recommandent au moins 60 minutes par jour d’activité physique d’intensité moyenne à élevée, un maximum de 2 heures par jour de temps de loisir devant un écran et un minimum de périodes prolongées en position assise. La durée d’une nuit de sommeil est d’au moins de 9 à 11 heures de sommeil par nuit pour les jeunes âgés de 5 à 13 ans et de 8 à 10 heures pour ceux âgés de 14 à 17 ans. Ces recommandations ont été développées par la Société canadienne de physiologie de l'exercice, le Conference Board du Canada, le Groupe de recherche sur les saines habitudes de vie et l’obésité du Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario (HALO-CHEO), ParticipACTION et l'Agence de la santé publique du Canada, avec l’apport d’experts en recherche et d'intervenants nationaux et internationaux.

La tendance est peut-être de chercher à occuper nos enfants à plein pour les épuiser, mais un horaire chargé n’est pas nécessairement synonyme d’activité physique. Si nous voulons améliorer le sommeil de nos enfants, nous devons les faire lever du canapé, les tenir loin de leurs écrans avec des activités physiques régulières.

Si les enfants sont moins longtemps en position assise et bougent plus, ils dormiront mieux !