Comment la critique de l’image corporelle mène les adolescentes à abandonner le sport

Il existe plusieurs croyances loufoques sur les différences entre les filles et les garçons.

Comme l’idée que, pour une raison innée, les garçons aiment davantage le sport que les filles. Quand vous y pensez vraiment, une croyance comme celle-ci est complètement absurde. Comment peut-il être vrai que les filles soient si différemment conçues ou qu’elles aient supposément dans leur ADN quelque chose qui explique pourquoi elles apprécient moins le sport ?

Malheureusement, il est vrai qu’actuellement les filles sont moins nombreuses à pratiquer un sport que les garçons. Les filles sont plus portées à abandonner le sport en grandissant et il en résulte une sous-représentation des femmes dans le milieu sportif, et ce, à tous les niveaux : de la joueuse à l’entraîneuse, en passant par l’arbitre et l’administratrice.

Pire encore, il est vrai que les filles ont moins de plaisir à pratiquer les sports. Dans bien des cas, elles sont plus angoissées (étude en anglais seulement) que les garçons lorsqu’elles pratiquent un sport et cette angoisse a pour conséquence que jouer devient moins amusant.

Pourtant, rien de tout cela ne prouve que ces différences sont innées ou inévitables. Ce n’est pas parce que le constat actuel montre que les filles sont plus enclines à abandonner le sport et ont moins de plaisir à le pratiquer que ça doit être ainsi. En fait, ce que ça signifie réellement, c’est que ça NE doit PAS être ainsi.

Plutôt que de se justifier avec des croyances ridicules sur les différences entre les filles et les garçons, il faut se poser la question pourquoi.

Heureusement, quelqu’un s’occupe de cette question.

La Dre Catherine Sabiston de l’University of Toronto se penche actuellement sur la question.

Plus particulièrement, elle s’intéresse au rôle que l’image corporelle et les émotions comme la culpabilité, la honte et la confiance jouent dans la participation aux sports des adolescentes.

Est-ce que, parce que les filles sont moins portées à apprécier le sport et l’abandonnent plus fréquemment que les garçons, s’explique parce qu’elles se sentent coupables ou honteuses de leurs corps? Est-ce les filles qui sont mieux dans leur peau sont plus enclines à apprécier faire du sport et seraient plus incitées à continuer à le faire?

Même si sa recherche est toujours en cours, les résultats préliminaires du sondage (en anglais seulement) montrent que la réponse à ces deux questions est catégoriquement oui. Lorsque les filles sont plus soucieuses de leur apparence, se sentent même honteuses et coupables, elles sont plus angoissées, aiment moins pratiquer un sport et sont plus portées à abandonner l’activité physique.

La partie surprenante

Cette recherche n’a toutefois pas abordé un élément qui pourrait vous surprendre. Alors qu’il est vrai que les médias sociaux, la télévision, les magazines et les pairs contribuent tous aux insatisfactions liées à l’image corporelle, 61% des commentaires que les adolescentes reçoivent à l’égard de leurs corps proviennent de leurs parents.

Parler de façon négative du corps des jeunes filles est tellement devenu un sujet commun, que ceci les mène à abandonner le sport.

Nous devons changer comment nous parlons de tout cela. Nous devons nous concentrer sur les habiletés des filles, plutôt que sur l’apparence de leur corps ; sur ce que leur corps peut faire, et non ce à quoi il ressemble !

Nous devons arrêter de commenter l’apparence corporelle : celle de nos enfants, la nôtre ou celle de n’importe qui.

Nous devons créer un environnement où les filles se sentent supportées, encouragées et fières de ce qu’elles font.

Nous devons faire en sorte que pratiquer un sport soit accessible et accepté pour les filles, comme c’est le cas pour les garçons.

Et, plus que tout, nous devons arrêter de croire que les filles apprécient moins les sports que les garçons pour une quelconque raison inéluctable. Une des raisons est certainement la pression reliée à l’image corporelle, et nous pouvons totalement changer cela.